Qu’est-ce que la protection contre la dilution?

La protection contre la dilution fait référence aux dispositions contractuelles qui visent à restreindre le pouvoir d’une société de réduire un investisseur & # 39; s participation dans la société, après des cycles de financement ultérieurs. La protection contre la dilution entre en jeu lorsque les actions d’une entreprise menacent de réduire le pourcentage global de réclamation d’un investisseur sur les actifs de l’entreprise.

Par exemple, si un investisseur & # La participation initiale est de 20%, avant que la société n’initie un tour de financement ultérieur, elle doit d’abord offrir des actions à prix réduit à cet investisseur, afin d’atténuer de manière préventive la dilution de sa participation globale. Parfois dénommée «protection anti-dilution», la protection contre la dilution est courante dans les accords de financement en capital-risque.

Points clés à retenir

  • La protection contre la dilution est une disposition garantissant que le pourcentage d’un investisseur précoce & # 39; La participation de s ne diminuera pas après l’introduction de nouvelles actions lors des tours de financement ultérieurs.
  • La protection contre la dilution est une incitation nécessaire offerte par les investisseurs en capital-risque, dont les entreprises sont plus susceptibles de fermer leurs portes, que les sociétés existantes.
  • Les deux types de dispositions anti-dilution sont anti-dilution complète à cliquet et anti-dilution moyenne pondérée, qui diffèrent en fonction du niveau de protection que chaque plan offre aux investisseurs.

Comprendre la protection contre la dilution

La protection contre la dilution est le terme général pour toute obligation contractuelle qui vise à préserver le pourcentage de propriété existant d’un actionnaire dans une entreprise. La protection contre la dilution est la plus courante dans le domaine du capital-risque, en particulier avec les startups en démarrage.

Afin d’attirer les investisseurs vers des entreprises risquées, les entreprises font miroiter des mesures de protection contre la dilution qui affectent les cycles de financement ultérieurs. Bien sûr, de nombreuses entreprises proposent volontiers cette fonctionnalité car il est fort probable qu’elles ne survivront pas assez longtemps pour voir ces tours ultérieurs, à moins qu’elles n’obtiennent un financement initial suffisant pour lancer leur opération.

Cliquet complet et protection contre la dilution moyenne pondérée

Décrit dans les accords de financement et d’investissement d’une entreprise , la forme la plus courante de disposition anti-dilution protège les actions convertibles ou autres titres convertibles de l’entreprise, en imposant des ajustements à la conversion si davantage d’actions sont proposées. Par exemple, si une entreprise vend plus d’actions à un prix inférieur, la clause de protection contre la dilution fera un ajustement à la baisse du prix de conversion des titres convertibles.

Par conséquent, lors de la conversion, les investisseurs existants avec protection contre la dilution recevraient plus d’actions de la société, laissant ainsi les conservent leur pourcentage de participation d’origine. Les dispositions anti-dilution se présentent sous deux formes principales: anti-dilution à cliquet complet et anti-dilution moyenne pondérée. La différence entre les deux est signalée par l’agressivité dont chacun protège le pourcentage de propriété de l’investisseur.

Les investisseurs avertis s’attendent généralement à des mesures de protection contre la dilution et les personnes fortunées qui se rendent compte que leur argent est très demandé.

Les dangers de protection contre la dilution

Bien que la protection contre la dilution soit une mesure attrayante pour les premiers investisseurs, les sociétés qui proposent cette disposition peuvent avoir du mal à attirer des investisseurs ultérieurs, qui ne bénéficieront pas de la même protection contre les risques sur les actions qu’ils achètent lors des phases de financement ultérieures . Les capital-risqueurs qui craignent cet inconvénient potentiel peuvent refuser d’offrir des droits de protection contre la dilution, pour éviter d’entraver les cycles de financement ultérieurs et d’augmenter les chances de favoriser le succès à long terme d’une entreprise.

De plus, certaines start-ups offrent une protection contre la dilution, mais uniquement pendant les premières années de la vie de l’entreprise. Dans ces situations, les entreprises misent sur le fait que les premiers investisseurs s’impliqueront plus activement dans l’entreprise, en faisant leur part pour aider à attirer les capitaux nécessaires à la croissance.