Qu’est-ce que la Value at Risk (VaR)?

La valeur à risque (VaR) est une statistique qui mesure et quantifie le niveau de risque financier au sein d’une entreprise, d’un portefeuille ou position sur une période de temps spécifique. Cette mesure est la plus couramment utilisée par les banques d’investissement et les banques commerciales pour déterminer l’étendue et le taux d’occurrence des pertes potentielles dans leurs portefeuilles institutionnels.

Les gestionnaires des risques utilisent la VaR pour mesurer et contrôler le niveau d’exposition au risque. On peut appliquer des calculs de VaR à des positions spécifiques ou à des portefeuilles entiers ou pour mesurer l’exposition au risque à l’échelle de l’entreprise.

1:31

Valeur à risque (VaR)

Comprendre la valeur à Risque (VaR)

La modélisation de la VaR détermine la le potentiel de perte dans l’entité évaluée et la probabilité d’occurrence de la perte définie. L’une mesure la VaR en évaluant le montant de la perte potentielle, la probabilité d’occurrence du montant de la perte et le délai.

Par exemple, une entreprise financière peut déterminer qu’un actif a une VaR à 3% de 2% sur un mois, ce qui représente une probabilité de 3% que l’actif baisse de 2% au cours de celle-ci. – délai de mois. La conversion de la probabilité d’occurrence de 3% en un ratio quotidien place la probabilité d’une perte de 2% à un jour par mois.

Les banques d’investissement appliquent généralement la modélisation de la VaR au risque à l’échelle de l’entreprise en raison du potentiel pour que les bureaux de négociation indépendants exposent involontairement l’entreprise à des actifs hautement corrélés.

Utilisation d’une évaluation VaR à l’échelle de l’entreprise permet de déterminer les risques cumulés des positions agrégées détenues par les différents bureaux de négociation et services au sein de l’institution. À l’aide des données fournies par la modélisation de la VaR, les institutions financières peuvent déterminer si elles disposent de réserves de capital suffisantes pour couvrir les pertes ou si des risques plus élevés qu’acceptables les obligent à réduire les avoirs concentrés.

Exemple de problèmes avec les calculs de la valeur à risque (VaR)

Il n’y a pas de protocole standard pour les statistiques utilisées pour déterminer l’actif, le portefeuille ou le risque à l’échelle de l’entreprise. Par exemple, des statistiques tirées arbitrairement d’une période de faible volatilité peuvent sous-estimer la possibilité que des événements à risque se produisent et l’ampleur de ces événements. Le risque peut être sous-estimé en utilisant des probabilités de distribution normales, qui tiennent rarement compte des événements extrêmes ou du cygne noir.

L’évaluation de la perte potentielle représente le niveau de risque le plus faible dans une gamme de résultats. Par exemple, une détermination de la VaR de 95% avec un risque d’actif de 20% représente une attente de perte d’au moins 20% en moyenne tous les 20 jours. Dans ce calcul, une perte de 50% valide toujours l’évaluation des risques.

La crise financière de 2008 qui a exposé ces problèmes comme des calculs de VaR relativement bénins sous-estimait la survenance potentielle d’événements à risque posés par les portefeuilles de prêts hypothécaires à risque. L’ampleur du risque a également été sous-estimée, ce qui a entraîné des ratios de levier extrêmes au sein des portefeuilles subprime. En conséquence, les sous-estimations de l’occurrence et de l’ampleur du risque ont empêché les institutions de couvrir des milliards de dollars de pertes à mesure que les valeurs des prêts hypothécaires à risque se sont effondrées.

Points clés à retenir

  • La valeur à risque (VaR) est une statistique qui mesure et quantifie le niveau de risque financier au sein d’une entreprise, d’un portefeuille ou d’une position sur une période spécifique.
  • Cette mesure est la plus couramment utilisée par les banques d’investissement et commerciales pour déterminer l’étendue et le taux d’occurrence des pertes potentielles dans leurs portefeuilles institutionnels.
  • Les banques d’investissement appliquent généralement la modélisation VaR risque à l’échelle de l’entreprise en raison de la possibilité pour les bureaux de négociation indépendants d’exposer involontairement l’entreprise à des actifs hautement corrélés.