Qu’est-ce que la réserve de valorisation?

Les réserves de valorisation sont des actifs que les compagnies d’assurance mettent de côté selon la loi de l’État pour atténuer le risque de baisse de la valeur des investissements qu’elles tenir. Ils servent de couverture à un portefeuille d’investissement.

Étant donné que des polices telles que l’assurance vie, l’assurance maladie et diverses rentes peuvent être en vigueur pendant de longues périodes, les réserves d’évaluation protègent la compagnie les pertes de placements qui pourraient ne pas fonctionner comme prévu. Cela permet de garantir que les assurés sont payés pour les sinistres et que les titulaires de rentes reçoivent un revenu même si les actifs d’une compagnie d’assurance perdent de la valeur.

Points clés à retenir

  • Une réserve d’évaluation est de l’argent mis de côté par une compagnie d’assurance pour se couvrir contre une baisse de la valeur de ses actifs.
  • Les réserves d’évaluation sont obligatoires en vertu de la loi de l’État pour se protéger contre les fluctuations naturelles de la valeur des investissements.
  • Les réserves de valorisation sont calculées en utilisant une réserve de valorisation des actifs et une réserve de maintien des intérêts pour séparer les évaluations des capitaux propres des gains et pertes d’intérêts.

Comprendre la réserve de valorisation

Les exigences en matière de réserves d’évaluation ont changé au fil des ans. Avant 1992, une réserve obligatoire d’évaluation des titres était exigée par l’Association nationale des commissaires d’assurance pour se protéger contre une baisse de la valeur des titres détenus par une compagnie d’assurance.

Cependant, après 1992, les exigences obligatoires en matière de réserves pour l’évaluation des titres ont été modifiées pour inclure une réserve pour l’évaluation des actifs et une réserve pour le maintien des intérêts. Cela reflétait la nature de l’activité d’assurance avec des sociétés détenant différentes catégories d’actifs et des clients achetant davantage de produits liés aux rentes.

Modification des exigences de réserve de valorisation sur un marché en évolution

Les compagnies d’assurance-vie ont l’obligation de payer les bénéficiaires qui achètent des assurances et des rentes. Ces sociétés doivent détenir un niveau approprié d’actifs en réserve pour s’assurer qu’elles peuvent respecter ces obligations pendant de nombreuses années pour que les politiques soient en vigueur.

Diverses lois et normes des États exigent que ce niveau soit calculé sur une base actuarielle. Cette approche tient compte des sinistres attendus parmi les assurés, ainsi que des prévisions sur les primes futures que la compagnie recevra et le montant des intérêts qu’une compagnie peut s’attendre à gagner.

Pourtant, le marché des produits d’assurance et de rente avait évolué dans les années 80. L’American Council of Life Insurers a indiqué qu’en 1980, l’assurance-vie représentait 51% des réserves détenues par les entreprises, tandis que les réserves détenues pour les rentes individuelles ne représentaient que 8%. Mais en 1990, les réserves d’assurance vie sont tombées à 29% de toutes les réserves tandis que le pourcentage détenu pour les rentes individuelles a grimpé à 23%. Cela reflète la croissance de la popularité des régimes de retraite administrés par les compagnies d’assurance.

Un climat changeant des taux d’intérêt peut créer un risque qui affecte les réserves nécessaires pour les paiements de rente en cours plus que pour les prestations d’assurance-vie qui sont payées en une seule fois montant forfaitaire. En recommandant de modifier la réglementation pour séparer les réserves d’évaluation des actifs des réserves pour maintien des intérêts, la National Association of Insurance Commissioners a reconnu la nécessité de se protéger contre les fluctuations de la valeur des gains et pertes en capital liés aux capitaux propres et au crédit différemment des gains et pertes liés aux intérêts.