Qu’est-ce qu’un impôt foncier?

Une taxe sur la valeur des terres est un moyen plus prévisible d’imposer des biens en fonction uniquement de la valeur d’une parcelle de terrain et non Le concept de taxe sur la valeur foncière remonte au début des sociétés agraires lorsqu’il s’agissait de décider comment taxer les propriétaires fonciers équitablement au profit de la communauté dans son ensemble était une pratique courante. objectif social.

Points clés à retenir

  • Un impôt foncier (LTV) est une méthode d’évaluation des impôts fonciers qui ne tient compte que de la valeur du terrain lui-même et des améliorations connexes, et non des structures construites sur le terrain.
  • Un LTV est considéré comme une méthode d’imposition foncière plus juste pour régions agricoles où la terre est productive.
  • Taxes foncières sont des exemples de taxation ad valorem et sont favorisés par certains les économistes, car la valeur des terres a tendance à être plus stable que celle des maisons ou d’autres bâtiments.

Comprendre la taxe sur la valeur foncière

Une taxe sur la valeur foncière (LVT) est destinée à évaluer équitablement la terre, qui est un actif fini dont la valeur de base ne change pas de manière aussi spectaculaire que les structures construites sur la terre. Les fluctuations de la valeur des terres sont déterminées en grande partie par ce qui se passe avec et autour des terres. Par exemple, un acre de terrain en milieu rural peut ne pas contribuer autant à l’économie environnante qu’une parcelle de même taille dans un emplacement urbain du centre-ville, où l’emplacement pourrait être à côté d’un nouveau centre de distribution alimentaire nécessitant un quai de chargement supplémentaire.

Depuis les temps les plus reculés, la terre a été vue par les sociétés comme un atout qui ne peut appartenir à un individu au sens traditionnel de la propriété, mais plutôt comme un loyer qui passe de génération en génération. C’est l’activité humaine exercée sur une parcelle de terrain qui détermine en grande partie sa valeur globale, et cette activité est presque toujours liée à la richesse du propriétaire foncier, de sorte qu’un impôt sur la valeur foncière est considéré comme une base plus équitable pour déterminer l’obligation fiscale. Cela nous a conduit à notre système moderne d’évaluation des terrains et des bâtiments séparément à des fins fiscales.

LVT est également connu comme une taxe d’évaluation de site, un exemple de taxe ad valorem. Ad Valorem est la phrase latine signifiant «selon la valeur». Des exemples modernes de ceux-ci se trouvent le plus souvent dans les évaluations foncières municipales que les propriétaires reçoivent chaque année, dans lesquelles leur terrain est évalué séparément des différents bâtiments sur leur terrain. Un propriétaire peut apporter des améliorations aux bâtiments sur le terrain, en changeant la valeur imposable. Mais le terrain lui-même a tendance à maintenir une valeur plus stable dans le temps. L’inverse est également vrai dans le cas d’un propriétaire foncier qui laisse ses immeubles en ruine. Dans ce cas, les taxes foncières globales versées à la communauté seront moindres qu’auparavant, mais le terrain lui-même conserve plus ou moins sa valeur d’origine, ce qui sera important lorsqu’un acheteur potentiel envisage sa charge fiscale et la valeur réelle de ce qu’il achètent.

Perte sèche et la taxe foncière

Les variations de la valeur des propriétés sont largement déterminées par les fluctuations du marché et peuvent être extrêmement volatiles. Ces changements créent ce que les économistes appellent la perte sèche, qui est la mesure de la perte pour la société dans son ensemble. Ces pertes ont des effets néfastes considérables sur le financement des services de base dont toute société prospère a besoin, tels que la police, les pompiers et les secours.

La taxe sur la valeur foncière permet d’atténuer ces fluctuations du marché en séparant la valeur plus stable du terrain des bâtiments en créant un système gérable de fiscalité immobilière.